Une rencontre à Grignan

Une rencontre littéraire à la librairie Colophon le 26 juillet 2020.

Hier soir a eu lieu, à Grignan, une rencontre littéraire très particulière à la Librairie Colophon.

C’est à Grignan que j’ai déposé mes valises, il y a quelques mois, dans les circonstances mouvementées de l’après-confinement. Quand je suis arrivée, la ville était silencieuse. Des roses avaient éclos à toutes les fenêtres. Une lumière italienne, jaune et poudrée, les éclaboussait d’or. C’était le paradis ; ça l’est toujours.

Je ne me lasse pas de Grignan. C’est un village secret, serti dans sa montagne. Une ville de princesses avec son château, ses grottes et ses ruelles où courent les chats. Dès qu’il se lève, le regard accroche la beauté des Baronnies, un champ de lavandes en contrebas ou le lent passage des chevaux, derrière les vignes. Des lauriers rose, des fuchsias comme des lampes chinoises et des néfliers en lianes parent les façades comme autant de vêtements somptueux. Au fil des semaines, leurs habits évoluent ; c’est un feu d’artifice olfactif et visuel permanent, changeant, époustouflant. Mais Grignan c’est aussi une ville littéraire, où le souvenir de Madame de Sévigné est encore proche. Et c’est la ville de Philippe Jaccottet, qui y vit toujours, et que je cite dans mon dernier livre, Autobiographie de l’étranger.

C’est donc pour ce livre que j’ai eu l’honneur d’être invitée par la mythique librairie Colophon qui est à la fois une librairie, un atelier de typographie et un musée.

La cour de la Librairie Colophon, à Grignan, est un petit paradis ombragé où l’on peut boire un sirop en feuilletant des livres. À ma gauche, sur « scène », Denis Bruyant des « Amis de Colophon ».

Est-ce parce que c’est Grignan ? Ou parce que j’ai une affection profonde pour ce lieu et ceux qui le font vivre ? Ce fut un moment particulièrement fort. Les questions étaient précises ; la critique était vive ; les témoignages poignants. La thématique de l’étranger et de l’étrangeté, dont je parle dans ce livre, libère toujours chez les lecteurs des confidences inattendues.

Merci, mille fois merci, à Chantal Bonnemaison, créatrice de la librairie Colophon ; à Denis Bruyant pour cette interview solidement préparée ; aux Amis de Colophon, tous bénévoles, qui préparent l’événement, font la publicité, collent les affiches, sortent les chaises, servent du vin, rangent les chaises et les tables, et font tout le boulot invisible mais essentiel à l’organisation des rencontres ; enfin, merci à tous les lecteurs, venus de partout dans la Drôme, qui ont rendu cette soirée si singulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *